La morphologie de l'araignée

 

 LA MORPHOLOGIE DE L'ARAIGNEE

    

          Les araignées, comme les autres membres de la classe des arachnides, ont un corps divisé en deux parties : à l'avant, il y a le céphalothorax et à l'arrière il y a l'abdomen. Ces deux parties sont reliées par une tige appelée pédicule. La structure de l'araignée est remarquablement homogène.

    Le Céphalothorax est le produit de la fusion entre la tête et le tronc (normalement distincts chez les autres insectes). Il est composé : 
      - Du cerveau, constitué de deux lobes, est traversé par l'oesophage.
     -  De la bouche, un simple orifice relié à un jabot ( c'est une pompe qui permet l'aspiration des éléments).
     - Dorsalement le céphalothorax est protégé par une épaisse couche sécrétée par l'épiderme appelée chitine. La chitine, plus ou moins épaisse, est percée de trous situés juste sous les yeux, permettant aux nerfs de connecter ses yeux au cerveau.
     - A l'interieur du corps on trouve de puissants muscles qui mettent en mouvement les pattes et autres membres, des glandes de venin qui ont complétement disparues chez certaines espèces, ainsi que des glandes digestives.

    L' abdomen peut avoir des formes pour le moins étranges, portant par exemple des excroissances pointues.
    La surface supérieur de l'abdomen ne possède rien de vraiment remarquable en revanche la face inférieur comporte de nombreuses ouvertures. Il y a celle des poumons et des trachées qui permettent à l'animal de respirer ainsi que l'orfice génital placé au centre. Celui des mâles est assez simple alors que celui des femelles est, chez certaines espèces, entouré d'une formation épidermique plus dure, aux formes variables, qu'on nomme l'épigyne.
    Vers l'arrière de l'abdomen se trouve l'ouverture anale, qui sert à l'élimination des excréments et autour de laquelle sont situées les filières, sorte de petis cônes par où la soie est scrétée.
    Les filières sont au nombre de huit chez les araignées primitives, mais il y en a jamais plus de six chez les autres espèces. On observe les régressions chez les araignées qui tissent le moins, deux paires chez les mygalomorphes, une seule paire dans certain cas très rare.

  

           PAGE   SUIVANTE

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site